Centre d’Études Juridiques et Politiques

» Actualités » Le 17 novembre 2017 : AVIS DE PRÉSENTATION DE THÈSE EN SOUTENANCE
 

Le 17 novembre 2017 : AVIS DE PRÉSENTATION DE THÈSE EN SOUTENANCE

AVIS DE PRÉSENTATION DE THÈSE EN SOUTENANCE POUR L’OBTENTION DU DIPLÔME NATIONAL DE DOCTEUR DE Madame Élisabeth GOMEZ :

« L’imputabilité en droit pénal »

Spécialité : Droit

Résumé :

Après une intrusion chaotique dans la théorie de la responsabilité pénale, l’imputabilité peut aujourd’hui apparaître comme une donnée d’essence classique. Elle répond à une définition subjective faisant consensus en doctrine et supposant l’addition du discernement et d’une volonté libre de l’agent. Dans le prolongement, elle est unanimement entendue comme constituant le fondement de la responsabilité pénale. Cependant, la cohabitation entre les différentes conditions de la responsabilité pénale, en particulier entre les concepts de culpabilité et d’imputabilité, n’est peut-être pas aussi pacifiée qu’il n’y paraît. En réalité, la question de l’indépendance des notions n’a jamais été clairement résolue, car leurs composantes respectives participent des conditions subjectives à l’engagement de la responsabilité pénale. Pourtant, la question est loin d’être anecdotique, en particulier si l’on considère certaines institutions fondamentales du droit pénal, au rang desquelles figurent les notions d’infraction et de complicité. Il apparaît ainsi, à l’analyse, que la définition traditionnelle de l’imputabilité mérite quelques ajustements, conduisant à une reconfiguration du champ de la condition de liberté relevant de l’imputabilité. Cette recherche vise aussi à établir que l’imputabilité est une donnée étrangère à l’infraction concrètement commise. Cette place spécifique au sein de la responsabilité pénale, mettant en évidence le lien entre l’imputabilité et la sanction infligée en rétribution de l’infraction commise, permet d’adopter une vision plus large du concept, susceptible d’affronter le bouleversement consécutif à l’entrée du droit pénal dans l’ère de la post-modernité. Cette dernière, que l’on pourrait associer au néopositivisme pénal du début du siècle, s’est accompagnée d’une résurgence des concepts de risque et de dangerosité. L’impact de cette évolution sur l’imputabilité peut apparaître radical : rupture du caractère unitaire de la notion, émergence du concept d’imputation à l’égard des personnes morales, voire même effacement pur et simple de l’imputabilité à l’égard des personnes physiques. Pourtant, des modalités de restauration de l’exigence d’imputabilité seront envisagées sur les terrains substantiel, par le truchement de l’imputabilité comprise comme capacité pénale, et processuel – par des propositions concernant les procédures pensées en considération de la psychologie de l’agent. Au bout du compte, il apparaît que l’imputabilité est de nature à jouer un rôle décisif dans l’organisation d’une cohabitation raisonnée avec le concept de dangerosité, en condamnant la prise en compte de la dangerosité seulement hypothétique sans exclure la possibilité d’une rétention après la peine.

Composition du jury :

M. GIUDICELLI André, Professeur, Université de Corse Pasquale Paoli
Mme MARIE Catherine, Professeure, Université de la Rochelle
Mme MATSOPOULOU Haritini, Professeure, Université Paris Sud
M. MAYAUD Yves, Professeur Émérite, Université Paris Panthéon Assas
M. ROUSSEAU François, Professeur, Université de Nantes

Rendez-vous :

Le 17 novembre 2017 à 14h15

Faculté de Droit – Amphi ESMEIN (Amphi 120)

   

 
Plan du site | Mentions légales | flux rss image rss | Université de La Rochelle